Témoignage: Mon bilan 1 an et demi de paléo

img_0334

Cela fait maintenant plus d’un an et demi que j’ai changé d’alimentation. Bien des choses ont changé dans ma vie depuis et c’est pour le mieux!

Pourquoi ce changement

Un problème de santé plus que désagréable ne voulait pas partir avec la «médecine de pharmacie». Je me suis donc informé sur d’autres alternatives. Je suis tombé sur des conseils nutritionnels qui ressemblaient beaucoup à l’alimentation cétogène.

Ma sœur me parlait depuis plusieurs années du sans gluten, de l’alimentation paléo puis de l’alimentation cétogène. Pendant ces années, j’étais sceptique, tout cela me semblait bien stricte et farfelu. Je m’inquiétais même pour sa santé alors qu’elle disait pourtant aller mieux sur plusieurs plans. Mon père, qui mangeait aussi sans gluten, sans produits laitiers et sans sucre raffiné depuis quelques années, allait également beaucoup mieux.

Je me suis alors dit que j’avais en partie les mêmes gênes qu’eux et que cela pourrait m’aider aussi. J’ai décidé d’essayer un mois… pour finalement ne jamais arrêter!

Avant

Avant de commencer ce changement d’alimentation, cela faisait déjà quelques années que je lisais sur la nutrition. Je ne consommais déjà aucun jus, ni boisson sucré (boisson gazeuse, thé glacé et autres) autre que l’alcool, à l’occasion. De plus, je ne m’achetais jamais de bonbons, de boisson de restauration rapide et très rarement des chips ou chocolat très sucré. Parce que je mangeais beaucoup de fruits et légumes, des grains entiers et que j’évitais le gras et une partie des sucres, je pensais «manger santé». Cependant, malgré ces efforts, je ne me sentais pas mieux qu’avant, pas plus en forme ni plus en santé.

Voici le portrait de ma «santé» et de mon alimentation avant mon changement d’alimentation :

– Très fatiguée le matin au réveil, cela me prenait plus d’une heure pour «émerger»

– Je ne déjeunais pas vraiment ou très mal

– Plusieurs coups de fatigue pendant la journée et au retour du travail… je me demandais comment cela se faisait que j’étais si fatiguée, tout le temps, si jeune… (de 25 à 28 ans)

– J’étais fatiguée après avoir mangé

– J’avais presque toujours faim, je mangeais sans arrêt, je n’avais pas de fond

– Lorsque j’avais faim, j’avais l’impression que j’étais vide

– J’avais parfois l’impression que je devais manger au plus vite sans quoi j’allais tomber dans les pommes

– J’étais irritable, impatiente et peu concentré lorsque j’avais faim et que j’étais fatiguée

– Il m’arrivait souvent de me sentir  » zombie »

– Insomnie très fréquente, le hamster qui roule… inquiétude, anxiété et-ou stress très présent

– Souvent déprimée sans raison

– Je mangeais parfois par ennuis

– Un peu d’acné et autres petits problème de peau

– À l’année longue j’avais un espèce de petit rhume perpétuel qui faisait que je me mouchais plusieurs fois par jour

– Depuis mes 25-26 ans, j’avais du mal à récupérer des  »partys », même si je ne faisais pas de gros excès j’en avais pour 2 jours à m’en remettre

Comme plusieurs personnes, je pensais que tout cela était NORMAL et je ne voyais AUCUN liens avec le GLUTEN. Comme il est confortable et valorisant de se dire que si nous sommes si fatigué, c’est que nous travaillons si fort… que nous méritons du repos. Être fatigué est le mal du siècle et une excuse parfaite pour ne pas faire tant de choses…!

Je crois maintenant que tout cela n’est pas normal mais du à une mauvaise alimentation (et aussi un manque d’activité physique). Cela n’enlève rien au fait que nous travaillons fort et que nous méritons du repos…!

Lorsque l’on mange ce que notre corps est sensé manger, l’énergie de plus nous permet de mettre du temps sur des activités que nous aimons (et cela aide pas mal à se motiver à bouger!) !

Les changements

Changer ses habitudes de vie, que ce soit arrêter de fumer, faire du sport ou changer d’alimentation, est une des choses les plus difficiles à faire. Il faut d’abord être convaincu et motivé puis se donner un bon coup dans le c$&… puis tenir jusqu’à ce que notre changement soit une nouvelle habitude!

Il y a plusieurs façon de modifier ses habitudes de vie. Pour les changements les plus significatifs, j’ai opté pour la techinque «enlever le plaster d’un coup». Par la suite, j’ai fait d’autres changements plus mineurs.

La première semaine, j’ai tenté de manger cétogène. J’étais assez perdue sur ce que je pouvais manger ou non et heureusement que ma sœur était là pour m’aider!

Le premier matin, mes œufs et mes carottes me donnait envie de pleurer…! J’ai par la suite décidé de manger paléo car cela me semblait plus simple pour commencer.

Le sevrage

Les premiers jours sont les plus difficiles car notre corps, drogué et habitué à carburer au SUCRE, change de carburant pour se mettre à carburer au GRAS.

Les premiers jours, on ressemble vraiment à quelqu’un qui est en désintoxication de cocaïne. D’ailleurs, le sucre est plus addictif que la cocaïne!

Il est donc préférable de vivre ces premiers jours lors d’une fin de semaine ou aucun repas de groupe n’est prévue. Encore mieux si cela est pendant une longue fin de semaine ou des vacances.

Mettez loin de vous tout ce que vous voulez éviter de manger ( on mets tout dans une boîte, on la confie à quelqu’un en dehors de la maison, on le donne ou on demande à quelqu’un de BIEN le cacher…!).

Il est mieux de prévoir tout ce qu’il vous faut pour cuisiner des recettes que vous aimez déjà ou penser aimer (vous aimez l’agneau ou le saumon fumé? Gâtez vous avec ça!)

Prévoyez de voir quelqu’un capable de vous endurer et des activités que vous aimez pour vivre ces moments plus ou moins difficiles (grande faim, irritabilité, impatience, fatigue, déprime… etc !!).

Une fois ces durs moments passés, vous vous sentirez vite TELLEMENT MIEUX!!!

Bénéfices sur ma santé 

Depuis plus d’un an, bien des aspects de ma santé se sont améliorés significativement. Bien sur, comme tout le monde, il y a des jours ou je suis plus fatiguée ou déprimée du à des semaines ou événements plus difficiles. Je peux cependant affirmer que cela arrive beaucoup moins souvent et avec moins d’intensité qu’auparavant. En moins d’un mois après avoir changé d’alimentation et jusqu’à maintenant, voici comment je me sens la majorité du temps :

Énergie

– J’ai de l’énergie au réveil, même si parfois je n’ai pas assez dormi ( et même un lendemain de party)

– Mon énergie est stable toute la journée, je suis fatiguée le soir seulement, tsé au moment ou c’est NORMAL

– Parfois… je ne suis pas fatiguée le soir, j’ai trop d’énergie et je me dis que je dois faire du sport pour la canaliser!!!

Sommeil

– Je ne fais pratiquement plus d’insomnie, sauf quand certains événements importants me tracasse vraiment BEAUCOUP

Appétit

– J’ai faim au réveil et je déjeune enfin tous les jours!

– Je me sens encore mieux depuis que je mange des protéines le matin (2 à 4 œufs ou de la viande!). J’évite maintenant les déjeuners sucrés car, même paléo, il me donne un effet de montagne russe dans mon taux de glycémie et cela n’est vraiment pas agréable!

– J’ai de l’énergie APRÈS avoir mangé! Les rares fois ou je m’endors un peu en digérant, c’est que mon repas était plus riche en glucides.

– Je n’ai plus faim toute la journée, je mange mes 3 repas et parfois une collation le matin. Parfois, je ne me sens pas bien si je mange un fruit comme collation comme je le faisais au début de mon paléo, cacela fait monter puis descendre ma glycémie. Je dois accompagner mon fruit de gras ou de protéine (noix) ou alors manger autre chose!

– Souvent, je n’ai pas faim pour mon repas du soir mais je mange quand même afin de ne pas perdre du poids.

– Je ressens mieux mes signaux de faim et de satiété.

– Lorsque je ressens la faim, cela est en douceur et je sais que j’ai le temps et l’énergie de me préparer quelque chose de sain, je n’ai pas besoin de sauter sur la première «cochonnerie».

– Voir de la nourriture que je ne mange plus ne me cause aucune envie difficile à contrôler, c’est comme si je regardais un savon ou un grille pain… je ne suis plus drogué au sucre alors c’est facile de ne pas en prendre!

Maladie

– Mon problème de santé pour lequel j’ai commencé cette alimentation est partie.

– Je ne me mouche plus plusieurs fois par jour, tout au long de l’année.

– Je n’ai été malade qu’une seule fois durant l’hiver 2015-2016 (ça m’apprendra à me vanter que je n’ai pas été malade de l’hiver grâce au paléo…!!!)

– Ma peau est plus douce et a une meilleure apparence.

– J’ai rarement des symptômes SPM, si j’en ai, ils sont très léger.

Mental

– Mon humeur et ma concentration sont plus stable et ne varient plus selon mon appétit.

– J’ai une meilleure mémoire.

– Je ne suis plus déprimée sans raison, je dirais même que je suis plus heureuse.

– Je ne me sens plus «zombie».

– Je suis moins stressée-anxieuse.

– J’ai eu des événements difficiles au cours de l’année 2015 et me connaissant, je sais qu’ils auraient été beaucoup plus difficile à traverser avec mon ancienne alimentation

Autres avantages

– Si cuisiner plus prend du temps… j’en sauve ailleurs! Avant je passais des heures à l’épicerie à décortiqué des étiquettes afin d’acheter «santé» … Avec mon congélateur remplie de viande de ferme et mon panier bio livré chez moi, je vais rarement à l’épicerie et ce n’est que pour quelques produits.

– Les gens pensent souvent que cela reste compliqué au quotidien, au contraire, cela devient une nouvelle routine et de nouvelles habitudes très faciles à gérer une fois que c’est intégré.

– J’ai le sentiment de manger exactement ce dont mon corps à besoin en plus de manger selon mes valeurs, principes et convictions… Cela fait en sorte que je me sens intègre!

– Ne plus être drogué au sucre et ne plus avoir faim tout le temps me donne un grand sentiment de LIBERTÉ!

Les inconvénients

Voici les rares inconvénients que j’ai trouvé et avec lesquels je vis très bien!!

– Le jugement et l’incompréhension sociale

Si vous avez peur de ce que les autres pensent de vous, d’agir et de penser différemment, cela n’est pas fait pour vous! Parfois on a envie d’en parler et ça n’intéresse personne. Parfois au contraire, on s’est dit qu’on en parlerait pas et à droit à un interrogatoire, à des blagues plus ou moins drôles, à du scepticisme ou à des arguments de pseudo-science ou à une personne plus que borné… Certaines personnes vont aussi tenter de vous convaincre de manger leur plat fait avec amour ou vous faire sentir coupable d’amener votre lunch à un souper… il faut donc être à l’aise avec tout ça et s’assumer!

– Il faut être organisé et prendre plaisir à faire à manger ( et la vaisselle!)

…Afin de ne pas être pris au dépourvu car on ne peut pas simplement prendre un plat préparé à l’épicerie et le mettre au four. Cependant, on peut préparer de grande quantité qu’on fait congeler !

– Perte de poids.

Pour moi c’est un inconvénient car je suis proche de la limite de mon poids santé et je suis déjà passé en dessous. Je dois donc faire attention pour ne pas trop descendre! OUI MANGER GRAS ( et sans sucre) FAIT MAIGRIR!!!

Les faux inconvénients

– Je trouve toujours quelque chose à commander au restaurant.

– Je ne mange pas toujours la même chose, au contraire! Je n’ai jamais mangé aussi varié et il y a tant de recettes sur internet que je n’aurais pas assez de ma vie pour toutes les faire!

– Pas de risque de carences.

Autres changements :

Par la suite, j’ai continué le processus en allant plus loin. J’ai arrêté les produits laitiers pendant un mois puis je les ai réintroduit. Cela m’a permis de constater que je les digérais bien. Cependant, par la suite, j’ai su que la crème glacée est à oublié pour moi. De toute façon, c’est remplie de sucre… Le lait ne fait pas partie du paléo, car c’est très sucré ( le lactose et la caséine sont des sucres). Il y autant de lactose dans un verre de lait de 250 ml que dans 1kg de fromage! (source)

Je suis ensuite aller encore plus loin. Cela faisait des années que je voulais me mettre au bio pour plusieurs raisons : santé, environnement et éthique.

J’ai commencé par les œufs, puis la viande que j’achète en gros avec ma sœur directement de la ferme. Je me suis ensuite inscrite à un panier de fruits et légumes bio qui livre chez moi une fois par semaine. Ensuite, je suis passé aux produits laitiers bio. Il ne me reste que le beurre que je n’ai pas encore acheté bio. Parfois, j’ahète encore du fromage et du yogourt non bio car ils ne sont pas toujours évident à trouver.

Chacun son paléo

Je considère qu’aucun modèle d’alimentation précis ne peut fonctionner POUR TOUS. Il est important de comprendre que chacun adapte son alimentation paléo à son corps, ses réactions, sa digestion, son inflammation, ses symptômes et maladies (s’il y a lieu) ainsi que ses goûts et choix personnels. Il y a donc des lignes directrices si l’on veut manger paléo (suivre la base 80% du temps, aucun produits céréaliers et légumineuses, bons gras vs mauvais gras, ect.) mais le reste est personnel. Par exemple, certaines personnes qui mangent paléo, contrairement à moi, ne consomme aucun œufs, noix ni produits laitiers.

Il y a une grande ouverture d’esprit et respect dans la communauté paléo, même lorsqu’il est question de tricherie… car nous ne trichons pas tous à la même fréquence ni sur les mêmes aliments!

Tricheries

Lorsque j’ai commencé mon changement d’alimentation, je ne voulais pas devenir dogmatique alors je me disais qu’en visite, j’allais manger comme tout le monde. Cependant, je me suis vite rendu compte que je n’avais plus aucune envie de manger certaines choses et que je ne les trouvais même plus bonnes.

De plus, si on mange quelque chose 30 secondes et que cela nous fait du tord pendant 3 jours est-ce vraiment un plaisir qui en vaux la peine? Je crois que non!

– L’alcool  est un sucre et certains paléo s’en passe complètement, d’autres diminue simplement leurs consommation. Encore une fois, c’est un choix personnel.

Pour ma part, j’opte surtout pour la bière sans gluten, le vin et le cidre. Parfois, je bois une ou deux bières avec gluten mais pas plus car sinon des effets indésirables se feront sentir. En ce moment, je fais un mois sans alcool et je trouve cela assez facile. Je pense donc réduire ma consommation et que cela deviennent pour des évènements spécials (noël, mon anniversaire, etc.).

La dernière fois que j’ai mangé beaucoup de gluten ( un demi pain naan) mon ventre à gonflé pendant 4 jours…J’ai aussi eu mal au ventre, j’ai recommencé à avoir faim tout le temps et j’ai même vue des répercussion sur ma peau et mon humeur. Je ne pense donc pas en remanger!

Ni un régime, ni une mode

Si plusieurs personnes adoptent le mode de vie paléo pour la perte de poids, cela est loin d’être le seul bénéfice qu’ils trouveront! En fait, la plupart adoptent le paléo pour atténuer des symptômes de maladies auto-immunes (cœliaque, diabète, colon irritable, etc.). C’est pourquoi la très grande majorité des gens qui essayent le paléo continuent durant des années (souvent à vie!) alors que la plupart des  »régimes » durent que quelques semaines ou mois. Des gens qui ont tenté sans succès plusieurs régimes aiment le fait qu’ils peuvent manger sans compter de calories, sans rien peser, sans se restreindre dans les portions et pouvoir mettre autant de gras que désiré! Avec en plus tous les avantages que j’ai nommé plus haut ( ne plus être drogué au sucre), leur relation avec la nourriture devient enfin SAINE.

Cela fait déjà plusieurs années que des gens, partout dans le monde, mangent paléo. Avant le néolithique… tous les humains mangeaient comme ça! Si cela est encore nouveau au Québec et ailleurs dans la francophonie, c’est que cela ne fait que quelques années que des livres, sites et blogues francophones existent sur le sujet. Dans les pays anglophones, cela fait beaucoup plus longtemps et il y a une très grande communauté et un nombre impressionnant de livres et de blogues sur le sujet en anglais.

Je crois que le mouvement paléo est encore trop marginal pour être qualifié de  »mode ». Si un jour la majorité des gens mangeaint ainsi, je ne verrais pas ça comme une mode mais plutôt comme un retour normal, naturel et sain… Une évidence de logique, car cela voudrait dire que la majorité mangerait ce que leurs corps à besoin pour être en santé…!

Ce qui a changé en un an

En un an, j’ai vue pas mal de changement dans la société, les médias et mon entourage. Au début, la plupart des gens n’avaient jamais entendu parler du paléo et la majorité semblait trouver farfelu que je condamne le sucre.

Depuis quelques mois, bien des gens ont entendu parler du paléo, même s’ils ne savent souvent pas ce que c’est. Des articles et reportages en parlent et cela avec de plus en plus d’objectivité.

Au début, il m’était plus difficile de trouver certains ingrédients que je trouve maintenant dans des commerces ou ils n’étaient pas avant (ghee, farine de coco, marinade de coco qui remplace la sauce soya, ect.).

Ce dont je suis le plus heureuse, c’est que des médias importants et crédibles parlent ENFIN des DANGERS DU SUCRE et redorent le blason du BON GRAS et du CHOLESTÉROL. La vraie science avance et la propagande recule! J’ai bien hâte que cela aillent plus loin et que l’industrie alimentaire se voient mettre les mêmes règles que l’industrie du tabac (ne pas vendre de produits très sucré aux mineurs et pourquoi pas cacher les bonbons? Haha!). D’ailleurs, comme les montre les articles cités plus haut, les lobbys du sucre, des céréales et du lait utilisent exactement les mêmes stratégies que l’industrie du tabac à l’époque! J’ai hâte surtout, que lorsqu’ils parlent en mal du sucre, qu’ils parlent des glucides en général et qu’ils incluent les produits céréaliers et légumineuses…

Et la suite?

Je pense maintenir cette alimentation et je ne me vois PAS DU TOUT revenir en arrière!

Le paléo, ce n’est pas juste l’alimentation, c’est un mode de vie qui comprends également : le sport, le sommeil, passer du temps dehors au soleil pour le moral et la vitamine D, gérer son stress et avoir des relations sociales saines.

Dans les semaines et les mois à venir, je veux maintenant travailler d’avantage sur l’activité physique et mon sommeil afin d’augmenter les bénéfices sur ma santé. Côté sport, cet été j’ai fait beaucoup de vélo et j’ai réussit mon objectif d’aller jusqu’à Saint-Lin, un trajet d’environ 6 km que j’ai fait seule. Depuis le retour au travail, j’ai fais encore un peu de vélo pour rejoindre une collègue de travail pour du covoiturage. Je suis maintenant inscrite au yoga et je dois vraiment me motiver à aller à la piscine une fois par semaine car j’ai des problèmes de dos et cela va grandement m’aider. Pour le sommeil, cela a déjà débuter avec le retour au travail suite aux vacances d’été, mon copain doit me trouver plate de me coucher si tôt, mais cela me fait un grand bien !

Je pense qu’il faut arrêter de justifier nos mauvais choix par le manque de temps ou d’argent et mettre notre temps et notre argent sur ce qui est le plus précieux et sans quoi le reste n’a plus aucune valeur : NOTRE SANTÉ!!!

Voilà ce que je dirais à quelqu’un qui veut changer son alimentation:

– En parler d’abord à son médecin si vous avez une maladie, un problème de santé ou un surpoids

– Voir quelle stratégie de changement fonctionnera le mieux pour vous ( changer peu à peu ou drastiquement, ou autre méthode!)

– Vous informer et vous préparer le temps qu’il faut, selon votre besoin

– Vous entourer d’au moins une personne qui pourra vous guider durant les premiers jours-semaines et une page facebook avec plusieurs membres pour répondre à vos question et pour du soutien.

Je vous souhaite de trouver la motivation et la force pour vos objectifs santé, quels qu’ils soient!